Aller au contenu principal

Pour un monde débarrassé de l’agrobusiness

30 septembre 2010

À l’occasion de la réunion de la Convention sur la diversité biologique (CDB) des Nations Unies, l’association Via Campesina, un mouvement paysan international, prône le 16 octobre prochain, « Journée d’action internationale pour un monde débarassé de Mosanto et de l’agrobusiness ».

Bien que l’ONU ait déclaré 2010 Année internationale de la biodiversité, nous sommes actuellement dans une période de destruction de la biodiversité sans précédent. Par exemple, depuis 1900, près de 90% de la diversité génétique agricole a disparu des champs. Les multinationales de l’agro-industrie tentent de monopoliser les semences à travers l’usage d’hybrides, de brevets et de lois qui font passer la nature aux mains du privé. Mosanto détient actuellement 25% du marché mondial des semences et les 10 plus grandes compagnies -incluant Mosanto- presque 70% du marché. Pour ces compagnies, qui vendent également pesticides et engrais chimiques, les mots d’ordre sont biotechnologies, OGM et profits. Dans le soya et le maïs par exemple, quelques variétés seulement constituent l’ensemble de vastes monocultures destinées à fournir les multinationales agroalimentaires.

Pour La Via Campesina et pour nous, les semences font partie du patrimoine de l’humanité, elle doivent dépendre de l’usage public et communautaire, et non de la propriété privée. Les semences OGM entraînent les agriculteurs dans une spirale infernale menant vers la dépendance à l’agrobusiness et la pauvreté. En Inde, depuis l’arrivée des semences OGM, une proportion effarante de paysans se tournent vers le suicide, désespérés d’avoir été acculés à la faillite par la voracité des entreprises occidentales. En Amérique du Nord, les agriculteurs qui résistent aux OGM sont poursuivis par Mosanto sur des prétextes fallacieux.

Comment résister à ça? Tout d’abord, s’informer et faire passer l’information. Le film Le monde selon Mosanto est un must! Et pour plus d’infos, Combat Mosanto est également un incontournable. Ensuite, acheter bio, car c’est actuellement la seule manière de s’assurer que nous ne consommons pas de produits à base d’OGM. Finalement, supporter Greenpeace et sa campagne pour l’étiquetage obligatoire des OGM. Parce que malgré les cyniques, je veux croire que le pouvoir de changer le monde est encore dans nos mains, parce qu’acheter c’est voter et parce que chaque geste compte!

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :